Yannick Palomino – Président de Palomino Studio

  • 1) Tout d'abord Yannick, pourrais-tu nous expliquer ton parcours ?

  • Depuis mes 3 ans, j’ai toujours été bercé par l’univers du jeu vidéo. Dans les années 1990, on avait un peu honte de dire qu’on jouait, du coup, j’ai commencé à m’orienter vers le cinéma, l’écriture scénaristique et la réalisation. Entre temps, j’ai toujours écrit, du roman à la poésie et bien évidemment divers scénarios de court-métrage. Au fond, j’ai toujours aimé créer, peu importe le fond et la forme, j’ai également fait la tournée des bars avec ma guitare et mes propres chansons. Finalement, ma passion pour le jeu vidéo m’a rattrapé et en 2016, j’ai créé la S.A.S Palomino Studio avec un premier projet appelé Huge Bang Bang.
  • 2) Pourquoi as-tu choisi de créer ton propre studio de développement de jeux vidéo ?

  • En 2014, je jouais à un MMORPG appelé Dragon Nest et j’adorais son gameplay. Malheureusement, selon moi, l’histoire du jeu était un désastre, c’est à ce moment-là où je me disais que plutôt que d’attendre le jeu parfait, je vais le faire, au moins essayer. Durant cette période de ma vie, j’accumulais les projets de réalisations de court-métrages qui n’aboutissaient pas par manque de financement et j’étais en train d’écrire un roman. J’imaginais bien l’histoire de ce dernier en jeu vidéo et j’ai commencé avec des idées très ambitieuses. Rapidement, j’ai compris que je n’aurai pas le budget pour faire un MMORPG, que je n’avais pas encore les épaules solides et donc qu’il fallait partir avec quelque chose d’autre, mais ce n’est pas pour autant que le projet suivant n’était pas ambitieux. De ce fait, j’ai créé la S.A.S Palomino Studio avec un MOBA totalement innovant appelé Huge Bang Bang. La vraie raison qui m’a poussé à créer le studio c’est que j’aime tout simplement mener des projets artistiques, de vivre des aventures humaines et j’aime aussi diriger mes propres projets. Après avoir essayé le cinéma, la musique et l’écriture, je pense que le jeu vidéo est sans nulle doute l’art qui élève le plus mon imagination, j’ai trouvé ma voix et je compte bien y rester pour y faire quelques échecs, quelques réussites…
  • 3) Comment est née l'idée ayant abouti au développement du jeu Huge Bang Bang ?

  • L’idée est née suite au projet trop ambitieux inspiré du roman que j’écrivais à l’époque (qui est d’ailleurs bientôt fini), je voulais faire un petit jeu, je voulais constituer une petite équipe, sans trop de moyens. Mais je me suis vite emporté à nouveau et ce projet est devenu très important. Au départ, Huge Bang Bang était un mélange de Smite, Worms et de Diablo, la base du jeu était déjà là. On avait pensé à des armes, à quelques petits éléments à équiper sur le personnage. J’avais imaginé des aliens personnalisables qui se battent sur des arènes de combats totalement destructibles. Et puis, j’ai eu envie de travailler sur l’histoire du jeu, j’ai vite imaginé un background, la sonde pionner 10 envoyée par la Nasa, un lien avec les humains… C’est devenu un projet, un vrai, pas simplement un test ou une transition pour faire mieux après, non, c’est devenu une histoire, un concept, l’idée d’un nouveau genre de MOBA.
  • 4) Quels axes de développement marketing avez-vous privilégié afin de le faire connaître ?

  • Le plus important pour moi, ce sont les salons dédiés aux jeux vidéo. C’est cher et fatiguant mais, il faut se donner la peine d’y aller. Nous avons fait tous les plus grands salons de France avec l’aide de l’association Drakonia. Bien sûr, le réseau est important et rien de mieux que le web pour cela. Nous avons une communauté sur l’application/logiciel Discord, plus de 500 membres aujourd’hui. Nous privilégions surtout et avant tout le contact avec les joueurs, c’est aussi très motivant.
  • 5) [Instant PUB] : Pourquoi avoir choisi de développer des jeux vidéo dans les Pyrénées-Orientales ?

  • Palomino Sudio est le seul studio actif dans les Pyrénées-Orientales, il est vrai que j’ai fait un pari fou : développer des jeux vidéo dans un département où tout est compliqué. J’aimerai beaucoup que le studio inspire d’autres jeunes, pour montrer que Perpignan n’est pas que le **** du monde comme on dit souvent. Il y a des choses à faire, pour moi l’enjeu est de taille, réussir pour moi mais aussi pour l’économie et la dynamique sociale que pourrait apporter un studio de développement de jeu vidéo.
  • 6) Quelle importance donnez-vous aux feedbacks de vos joueurs quant à l'évolution du jeu Huge Bang Bang ?

  • Comme dit précédemment, c’est pour moi la base d’un jeu vidéo, développer un jeu sans la communauté, c’est impensable pour moi. Ce que j’aime beaucoup dans mon métier c’est parler avec des joueurs. Au final, mon but suprême c’est surtout de faire rêver les joueurs et quand un joueur me dit que mon jeu est génial, ma jauge de bonheur explose ! A l’avenir, si mes projets prennent beaucoup plus d’ampleur, j’espère toujours être proche des joueurs, d’aller les écouter et surtout, surtout, jouer avec eux ou contre eux. Artiste peut-être mais joueur avant tout !
  • 7) Enfin, le conseil du Chef : A quelles difficultés doit s'attendre un studio de développement lors de la phase de commercialisation de leur premier jeu vidéo ?

  • Le manque de joueur est terrible, je connais ça avec Huge Bang Bang. Il faut avoir les reins solides pour trouver les financements adéquats pour la communication, persévérer et bien s’entourer ! Tout tourne autour de l’argent bien évidemment, tout est compliqué si on a quatre sous, la concurrence est rude également. Il ne faut pas oublier qu’à la base, le jeu vidéo est une industrie, mais il est vrai que les choses changent et que son côté artisanal se démocratise avec les magnifiques jeux indépendants que nous sortent certains studios, de ce fait, si vous produisez un bon jeu, tôt ou tard, ça se saura !


Le tuto

Fiche métier

Focus recruteur

MadJoh - Play with Passion

MadJoh est une startup spécialisée dans l’édition et l’intégration d’applications et de jeux mobiles grands publics. 🎯Notre objectif est de créer : - Des expériences de divertissement...

N'hésitez pas à consulter une autre de nos interviews