Community Manager pour Monster Hunter

  • 1) Vincent, dans un premier temps, pourrais-tu nous en dire davantage sur toi ?
  • Pour faire simple, passionné de jeux vidéo et de Dino depuis tout petit, ma première console fut une Nintendo Nes pour mes 7 ans, qui m’a permis de découvrir l’univers des jeux vidéo. Le déclic a sûrement aussi été une partie de mon enfance à la Réunion, et la découverte de la culture locale et de l’environnement. Je jouais donc à la console, mais aussi dans la nature, les animaux, insectes, reptiles … ce qui m’a sans aucun doute aiguillé vers la découverte de l’univers qui aller changer ma vie : Monster Hunter. Cet univers m’a rappelé mon enfance, un exotisme qui m’a toujours attiré ; c’était la combinaison entre nature et jeux vidéo, qui m’a amené là où j’en suis aujourd’hui, avec pour seule motivation ma passion.
  • 2) Comment as-tu réussi à percer dans le milieu du jeu vidéo, et sur Monster Hunter en particulier, pourtant peu connu en France ?
  • La passion. Un point qui est très important, d’ailleurs je n’ai jamais voulu rentrer dans le domaine du jeu vidéo, ça n’a jamais été un objectif ou un but, ce qui d’ailleurs a joué sur mon poste actuel. J’ai toujours souhaité faire quelque chose qui me plaisait, j’ai donc pu m’aventurer dans de nombreuses branches (Métalier, vendeur, fleuriste, …), mais j’ai toujours gardé cet objectif en ligne de mire. A ce moment-là, Monster Hunter n’est pas très connu en France, et c’est cette petite nuance qui va faire la différence ! Cet univers a été une révélation pour moi, tout ce que j’aimais y était, la nature, les reptiles, … Je me suis alors approprié cet univers, mais aussi la culture japonaise, la licence étant plus développée dans son pays d’origine, au point même d’apprendre un peu le japonais ! C’est l’univers de ma vie, me permettant d’aller plus loin dans la communauté, j’étais visible, reconnu, avec des idées, un Youtube, … me permettant de me démarquer et d’être remarqué par la compagnie.
  • 3) Pour quelles raisons Capcom t'a proposé une collaboration ?
  • On rebondit sur la question précédente, du fait de cette démarcation, du fait qu’il se posait des questions sur l’évolution du jeu, je suis arrivé à un moment charnière dans la construction du jeu, et de la structuration digitale de l’entreprise (CM). Comment faire vivre la communauté, et la faire émerger. C’est comme ça que Capcom a pu me contacter. Il recherchait quelqu’un pour faire vivre la communauté, et je devais montrer au producteur lors de ma visite, qu’il y avait un véritable intérêt, et que j’étais parmi ceux dont ils avaient besoin ! Durant une soirée nous avons partagé avec la communauté des PPT, quizs, tournois, ... La soirée se passe très bien, et on arrive à ce moment où je finis dans un café avec les « leaders » de la communauté présente, Capcom France, Europe, et le producteur de Monster Hunter, Ryozo Tsujimoto. Nous avions le même point de vue. C’est alors que l’aventure Capcom a démarré pour moi. Je me suis alors investi comme jamais, afin de faire mes preuves, avec des événements à succès, me permettant d’évoluer, et même d’apprendre l’anglais ! (Rires)
  • 4) Comment expliques-tu ce parcours si atypique que tu as eu, et l’opportunité qui t’a été présentée ?
  • Pour l’anecdote, je n’étais pas inconnu au bataillon lorsque que j’ai rencontré cette opportunité. En 2010, j’avais été invité sur un évent (La Hunter Académie) sur Paris, où j’avais pu rencontrer les directeurs et réalisateurs, à qui j’avais pu offrir des figurines du jeu, en tant que cadeau de passionné. Ils en étaient très heureux, et moi j’avais rencontré mes héros, et de ce fait, Mao Sugiyama qui était coordinateur à l’époque, c’est souvenu de moi. J’avais eu la chance de les marquer, et dans ce bar de nombreuses années après, c’est présenté l’opportunité qui allait changer ma vie. Ils ont pu constater le changement, d’un jeune passionné à un homme plus sûr de lui, capable de faire des choses, et de faire vivre cette communauté !
  • 5) [Instant PUB] : De nombreux fans, moi le premier, attendent l’arrivée avec impatience de nouveaux opus mythiques du géant japonais. Que nous réserve Capcom sur les prochains mois/années, après le succès du dernier Resident Evil ?
  • Une fois de plus, certains titres annoncés (réédition de Street Fighter 2), de nouveaux DLC pour Resident Evil 7. Rien n’a encore été annoncé officiellement, mais comme d’habitude il faut suivre les réseaux sociaux, pour être en avant-première sur les annonces à venir !
  • 6) Quel est d’après toi, l’importance de la présence de la marque sur différents salons en France et en Europe telle que la Japan Expo ?
  • Afficher la marque, familiariser les gens, adoucir ce monde de « brut », montrer que Monster Hunter est présent, avec une structure légèrement différente. Il faut se mettre à la place des gens, pour faire comprendre ce qu’est MH à ceux qui n’y jouent pas.
    Faire vivre la communauté, pousser plus loin la licence, discuter, proposer des activités, …
    Si vous voulez d’ailleurs nous retrouver, nous sommes souvent à la Japan Expo & au Toulouse Game Show
  • 7) Enfin, le conseil du Chef : Que pourrais-tu dire, à un jeune passionné comme tu l’étais, pour percer dans un milieu où les opportunités sont rares ?
  • Ma vision est très différente, puisque je ne souhaitais pas forcément percer dans ce milieu. Il faut dire aux gens passionnés de croire en cette passion, de ne pas se laisser influencer, faire ce qui leur plaît, ce qui les fait avancer, et surtout le partager. Je me suis toujours intéressé à différentes études marketing et de communication, mais pour moi le secret c’est faire preuve de débrouillardise et de créativité, et surtout de mettre sa timidité de côté, ne pas avoir peur de contacter des entreprises ou d’autres personnes. Community Manager c’est un métier qui est fait pour moi, parce que j’ai un certain feeling pour ça, au niveau de la relation que j’ai avec les autres personnes, et surtout avec les fans de la licence.
    Ne vous refrénez jamais dans votre passion, et à ce moment-là vous verrez où elle vous transportera