Frédéric Zolfanelli – Animateur Live, acteur et retro-gamer !

  • 1) Fred, tout d'abord, pourrais-tu nous en dire davantage sur toi ?
  • Alors déjà je vais vous en dire davantage sur mon passif : Je jouais (et je joue toujours du reste) dans la web série Nôôb, dans le rôle de Sparadrap. Et pour ceux qui ne connaitraient pas, Nôôb, c'est une web série qui traite, depuis 9 ans déjà, des MMORPG. Au delà de cela, je tourne aussi auprès d'autres productions, telle qu'une nouvelle web série qui s'intitule L'Incroyable Odyssée, ou encore une production Belge, à partir de fin septembre, dont le nom est Saturday Man.
    A côté de cela, je fais de l'animation et de la présentation Gaming, c'est à dire que je parcours les salons et j'hoste différentes compétitions / stands (j'ai, par exemple, été le Monsieur Loyal de la DreamHack)
    Autrement … et bien ... j'ai 37 ans, j'ai fait des études en sciences médico-sociales et je considère que mon pacours est un « coup de chance », ou en tous cas, une succession d'opportunités saisies. Et pour finir, parmi mes passions, il y a le rétro-gaming (ma Madeleine de Proust), je collectionne certains vieux jouets, et je suis un très gros lecteur de mangas et comics.
  • 2) J'aimerais faire un focus avec toi sur l'un de tes métiers, celui d'animateur live. Quelles compétences mets tu en œuvre lorsque tu animes un show, lors d'une convention par exemple ?
  • Alors déjà, je pense qu'il faut être réellement en intéraction avec le public. Être sur scène juste pour soi-même / sans intéragir, c'est pas la peine. C'est pour cela que je fais toujours en sorte de pouvoir faire monter les gens sur scène, leur faire gagner des cadeaux, ou tout simplement jouer avec eux (et parfois même, je les troll!). Il faut être familier, sans l'être trop ; leur montrer que je suis juste là pour eux, pour les divertir et leur faire passer un excellent moment. Il faut aussi avoir du bagout, savoir rebondir sur tout ce qui peut se passer, et gérer correctement son stress (ou l'appréhension) avant de monter sur scène.
  • 3) Quelles sont, d'après toi, les raisons principales qui font que des structures font appel à toi pour ce genre de prestations ?
  • Alors, déjà, je voudrais rendre hommage à Kayane, puisque c'est grâce à elle que j'ai pu commencer l'animation : j'ai débuté avec elle, c'est elle qui m'a poussé … Il faut savoir que j'avais auparavant un boulot et que lorsqu'elle m'a dit qu'elle pensait que j'avais les capacités pour faire (et vivre) de cela, j'ai quitté mon poste et fais un paris sur l'avenir. Et je la remercie pour cela :-) Alors pour en revenir à la question, je dirais qu'il faut savoir s'adapter, rebondir sur ce qui se passe avec le public. Il y a inévitablement aussi la notoriété associée à Nôôb, puisque les professionnels qui font appel à moi se renseignent sur mon parcours, ma « fan-base », notoriété, etc. Et enfin, je dirais que le bouche à oreille a une part importante parmi ces raisons. Effectivement, lorsque l'on est satisfait de quelqu'un, on en parle à ses contacts, et de fil en aiguille, de nouvelles opportunités se présentent.
  • 4) Comment mesures-tu que tu as « rempli » ton contrat après une animation ?
  • Alors … c'est compliqué à quantifier. Tu le vois déjà au public (est-ce qu'il en symbiose, y avait-il du monde, est-ce que les gens sont restés jusqu'au bout, etc). Ensuite, il est posible que les organisateurs soient présents durant ton animation, et qu'ils viennent te voir à la fin de cette dernière pour te faire un feedback. Enfin, je prends aussi en considération les retours qui me sont fait sur les réseaux sociaux le jour même ou quelques jours plus tard, du style « c'était franchement cool, je te connaissais pas, et je me suis bien amusé ». Donc il n'y a pas de « metrics » à proprement parlé sur lesquels je me base, c'est plutôt de l'ordre du ressenti.
  • 5) [Instant PUB] : Quelles sont tes prochaines actualités sur les semaines à venir ?
  • Alors, j'ai quelques salons sur les semaines à venir : je serai, notamment, au Savoie Retro Games le 30 septembre, avec Marcus, Kayane, le Joueur du Grenier et bien d'autres. Je serais aussi à la Paris Games Week, du 2 au 5 novembre, sur le stand Made In France (pour de l'animation et du stream en non-stop).
    Et je stream tous les jours de la semaine, en début d'après midi :)
  • 6) Est-ce facile de te dissocier aujourd'hui, dans les yeux du public, du personnage que tu incarnais dans la série Noob, Sparadrap ?
  • Euh … oui et non. Beaucoup plus maintenant, depuis que j'ai fait un gros travail sur mes réseaux sociaux en changeant les noms (je suis passé de Sparadrap à Fred, ou Fred Of the Death). Après, bien sûr que les gens m'associent, mais ce n'est de toutes manières pas du tout péjoratif, bien au contraire. Je suis content qu'ils m'associent à Nôôb car c'est quand même cette Web Série qui a construit ma notoriété. Mais c'est vrai que, par rapport à ma carrière d'animateur et de streamer, je souhaitais un peu me dissocier de l'image de Sparadrap. Et ça me fait plaisir lorsque, lors de salons, les gens qui viennent me voir m'appellent Fred plutôt que Sparadrap.
  • 7) Enfin, le conseil du Chef : Quelles difficultés as-tu rencontrées lorsque tu as débuté dans l'animation live, et comment les as-tu surmontées ?
  • Alors déjà, il faut clairement être sûr de soi. Le stress, c'est bien, ça permet de se concentrer, mais il ne faut pas qu'il te « mange ». Il y a un gros travail à faire là dessus, et c'est loin d'être évident. Ensuite, il faut garder à l'esprit que tu es là pour faire le spectacle, pour divertir les gens, donc il ne faut pas s'enfermer dans sa bulle sans quoi le public va « subir » ton animation sans être partie prenante de cette dernière. Il faut aussi bien se connaître … par exemple, si tu sais pas faire d'humour, n'en fais surtout pas en scène, sans quoi tu cours au bide. Enfin, il faut aussi garder à l'esprit qu'il y a un vrai travail de préparation à faire. Et même si l'on est très bon en improvisation, il est toujours mieux d'avoir en tête des idées de shows, de défis, leurs durées, leurs prix, ou encore leur finalité. Donc autant dire que l'expérience dans l'animation aide grandement à maîtriser ces différents éléments.