Elsa Charrier – Responsable Projets pour le Cluster Atlangames

  • 1) Elsa, tout d'abord, pourrais-tu nous dire ce qu'est le « Cluster » Atlangames ?

  • Un « Cluster » est un regroupement d’entreprises d’une même filière, qui a généralement pour mission commune de développer et représenter une filière, de mutualiser les moyens, etc … C’est ce qu’est Atlangames pour la filière du jeu vidéo dans l’Ouest dans la France.

    Concrètement, nous sommes une association dont les adhérents / membres sont des entreprises qui contribuent à la filière du jeu vidéo locale (Pays de la Loire – Bretagne – Normandie). 80% de ces entreprises sont des studios de développement de jeu vidéo, mais nous représentons également des distributeurs, des travailleurs indépendants dans le développement, graphisme, game design, motion design, …ainsi que des entreprises de VR ou développeurs d’applications gamifiées. Le périmètre d’activités est assez large.
  • 2) Pourquoi une entreprise évoluant dans l'univers du jeu vidéo a intérêt à rejoindre ce type de cluster ?

  • Les intérêts varient en fonction du type d’entreprise, de ses projets, de son stade de développement, etc …
    Mais les raisons pour lesquelles nos entreprises adhèrent en général sont :

    Faire partie d’un réseau de professionnels qui travaillent sur le même type de projets, avec des enjeux proches et des compétences similaires. Un réseau d’entraide, de partage d’expérience et de compétences, …Beaucoup de nos adhérents ont l’occasion de travailler les uns avec les autres sur des projets spécifiques.

    Etre accompagné dans la création ou le développement de leur activité : conseils sur la création pure d’entreprise, le financement, la constitution de l’équipe, le marketing, la rencontre d’éditeurs ou partenaires, les déplacements à l’international, ... Notre champs d’action est très large sur cette mission d’accompagnement, et nous nous adaptons aux besoins de nos entreprises.

    Participer aux événements professionnels et grand public proposés par Atlangames ou des organisateurs partenaires. Tels que ADDON et le Stunfest qui ont lieu à Rennes en mai, la Nantes Game Xperience à Nantes, ou encore le pôle jeu vidéo des Utopiales à Nantes ou à Art to Play à Nantes. Qui sont tous des occasions de présenter des jeux en cours de production ou en sortie récente à une communauté de joueurs importante.

    Une partie de nos adhérents est également présente dans Atlangames pour contribuer au développement plus large de la filière, permettre que la région Ouest soit représentée à sa juste valeur à l’échelle nationale et internationale, et montrer la dynamique régionale du jeu vidéo.
  • 3) En quoi consistent tes missions de responsable projets ?

  • L’intitulé « Responsable Projets » a l’intérêt d’être large et de pouvoir recouvrir beaucoup de missions !
    Nous sommes deux salariés au sein d’Atlangames, et nous nous répartissons les missions en fonction de nos compétences et de nos affinités.
    Pour ma part, je suis avant tout chargée de l’accompagnement des entreprises (et porteurs de projets, avant la création) sur la création de l’activité, le financement, la stratégie de développement. Mais je suis également responsable de la gestion quotidienne de l’association, organisation d’événements, etc …

    Mon collègue, Eddy Célestine, est quant à lui avant tout chargé des missions « International », de la mise en relation entre studios et éditeurs étrangers ou français, l’accompagnement des studios sur les aspects marketing, entre autres. Mais il s’occupe également de la communication au jour le jour (community management) de nos actions, de la relation avec les écoles, etc …
  • 4) Quelles compétences, issues de ton background, mets-tu en application au travers de ces missions ?

  • Pour résumer mon parcours en quelques étapes clés, j’ai commencé mon cursus par une licence en LEA, avec un axe commerce international, puis j’ai bifurqué en Master pour la gestion de projets innovants et entrepreneuriat. Mon premier job consistait à mettre en place tout la stratégie de développement d’une jeune entreprise innovante (startup). Puis j’ai travaillé à la création d’un Master en prospective et innovation. Enfin, j’ai travaillé à l’accompagnement d’entreprises numériques au sein d’une CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie).

    Pour Atlangames, je mobilise avant tout mes connaissances en création d’entreprise, process innovant, avec l’avantage du point de vue extérieur. Mais le plus important je pense, est d’avoir appris à être polyvalente et comprendre rapidement les projets de chacun pour être capables de les mettre en relation avec les bonnes personnes.

    Nous n’avons pas toujours la réponse à vos questions, mais nous trouverons toujours quelqu’un qui pourra vous répondre 😊
  • 5) [Instant PUB] : Quels sont les prochains événementiels sur lesquels nous pourrons aller à votre rencontre ?

  • Dans nos événements récurrents, nous organisons chaque 1er mardi du mois à Nantes des Game Dev Afterwork, événements de réseau dédiés aux professionnels et amateurs de la production de jeu vidéo.
    Le prochain aura donc lieu le 5/12 à Nantes, d’autres seront prévus à Angers et Rennes.

    Du 26 au 28 janvier, nous organisons l’édition nantaise de la Global Game Jam.

    Du 15 au 17 mai, nous organisons ADDON, un événement professionnel adossé au Festival Stunfest à Rennes.

    Tout au long de l’année, différents événements en région que nous annonçons sur les réseaux sociaux.
  • 6) Atlangames accompagnent de nombreux studios « indés ». Y a-t-il des « difficultés » communément rencontrés par ces derniers ?

  • Les principaux enjeux des studios de jeux « indés » sont le financement, le marketing puis le recrutement.
    La production d’un jeu vidéo nécessite un investissement financier important pour des productions allant de 6 mois à 2 ans, voire plus, avant la sortie du jeu. C’est un des points sur lesquels nous accompagnons le plus les studios, que ce soit en les guidant sur les sources de financement existantes, ou sur la mise en relation avec des éditeurs potentiellement intéressés par leur jeu.
    Le marketing arrive souvent en milieu ou fin de production, alors qu’il est essentiel au succès d’un jeu vidéo, pour qu’il puisse sortir du lot vis-à-vis du nombre important de sorties sur les stores (PC / Mobile / consoles). Une des solutions, outre l’auto distribution, est de faire appel à un distributeur qui pourra mobiliser ses forces marketing au profit du jeu.
    Le recrutement peut parfois être compliqué également, pour recruter des « talents » présents localement et impliqués dans la production du projet de l’entreprise. C’est sur ce point que le partenariat avec Gaming Jobs est intéressant, pour cibler les candidats possibles et diffuser les offres de recrutement.
  • 7) Enfin, le conseil du Chef : Quels sont les conseils que tu formules généralement à des personnes venant au devant d'Atlangames et ayant pour projet la création d'un studio de jeux vidéo ?

  • Nos conseils vont être différents en fonction des profils, mais les plus fréquents restent :
    1. Dimensionner le projet en fonction de ses capacités humaines et financières (non, faire un MMO RPG à deux ce n’est pas toujours facile). Et accepter que le 1er projet ne sera peut-être pas un succès planétaire, mais qu’il participe à la montée en compétences de l’entreprise et à sa notoriété. Il faut être rationnel sur le premier jeu d’après moi.
    2. Intégrer dès le début un budget de communication / marketing conséquent (30% du budget de production est une moyenne intéressante)
    3. Se mettre en réseau ! Rencontrer d’autres professionnels, échanger sur le projet dès le début de la pré production, accepter les critiques positives et négatives, ne pas avoir peur de communiquer sur un concept.
    4. Cibler les sources de financement possible à la production et la commercialisation du jeu.