100 % cupcake et touche à tout 

  • 1) Lycée Militaire, BAFA, école de croupier, bachelor en gestion de patrimoine et enfin master en digital business ! Comment expliques-tu un parcours aussi atypique ?
  • Si mon parcours est atypique c'est notamment grâce à mes parents qui m'ont toujours poussée à toucher à tout et m'intéresser. Quand on apprend à faire un CV, on déconseille souvent l'atypisme à cause de l'incohérence probable et de l'image "dispersée" que cela donne au recruteur. L'important c'est de savoir raconter cette expérience pour lui donner une logique. Le Lycée militaire m'a donné organisation, discipline, respect de l'autorité et camaraderie, la gestion de patrimoine pragmatisme et goût de l'actualité. Le BAFA est une bonne école de la pédagogie, de la patience et de l'endurance. Ma formation de croupier m'a offert un esprit mathématique et les clés de la relation client. Le digital business m'a rapprochée de comprendre un peu mieux ce merveilleux outil qu'est internet. Ainsi mon parcours est atypique mais complémentaire et si c'était à refaire, c'est sans hésiter !
  • 2) Tu as bossé pour Ubisoft pendant plus d'un an. Comment s'est déroulé le recrutement, et quelles ont été tes missions sur cette période ?
  • Alors pour le recrutement, ça a été simplement de répondre à une annonce mais avec une lettre de motivation qui sorte vraiment de l'ordinaire. Donc si j'ai vraiment un conseil à donner à quelqu'un qui veut postuler chez Ubisoft, c'est de laisser tomber la lettre de motivation « bateau », et d'en créer une en mettant vraiment en avant ce que vous allez apporter à l'entreprise. Comme ils le disent si bien, ils sont « à la recherche de talents ». Donc il faut mettre en avant votre plus-value. Si la lettre de motivation et le CV ont convaincu, vous entrez alors dans une phase d'entretiens, qui sont plutôt longs du reste (un peu plus de 2 heures), et durant laquelle on va vous questionner sur la manière dont vous réagiriez à telle ou telle situation, où l'on vérifiera si vous vous connaissez vraiment, et où, bien entendu on vous demandera de mettre en avant vos atouts pour l'entreprise. Puis une fois recruté, et bien c'est que du bonheur. Les employés d'Ubisoft sont très portés sur l'humain, ils ont envie de découvrir de nouvelles personnalités. La politique RH, je dirais même la philosophie d'entreprise, c'est d'accompagner des individus et d'en faire de véritables atouts pour l'entreprise à l'avenir.
  • 3) Tu as par la suite travaillé pour Black Sheep Studio, France Soir et LLB Paris. Quel est l'impact de la ligne Ubisoft sur un CV ? Est-ce une belle carte de visite ?
  • Alors … être passée chez Ubisoft m'a donné de la crédibilité, c'est sans doute une bonne ligne sur un CV, les recruteurs traduisent éventuellement cette ligne en se disant « oui, elle doit en être capable puisqu'elle a été chez Ubisoft », mais à aucun moment je pense que c'est cette ligne sur mon CV qui m'a fait entrer ailleurs par la suite. Je pense même que c'est plus un passage obligatoire dans une carrière eSport qu'un extraordinaire atout. Chez Black Sheep par exemple, 50 % des employés ont bossé avant chez Ubisoft, parfois même pendant plus de 15 ans. Donc je pense que ce qui fait vraiment la différence, que ce soit sur le CV ou durant l'entretien de recrutement, ce sont les projets personnels (me concernant par exemple, la esport summer school que j'ai monté a été particulièrement appréciée par les recruteurs, quels qu'ils soient), le fait d'être force de propositions, d'avoir tenté / réalisé des choses (Streams, Articles, etc etc) qui fait que votre candidature prend une autre envergure.
  • 4) Quelles sont les compétences clés que tu as acquises / développées au cours de ces différentes expériences professionnelles et qui apportent une réelle valeur ajoutée à ton profil ?
  • Beaucoup de méthodes ! On n'est pas méthodique d'après moi tant qu'on a pas vraiment travaillé. J'avais appris des techniques / méthodes durant mes études, puis je les ai oubliées en me disant que c'était pas forcement important pour la suite … Et je l'ai regretté ! Car lorsque l'on commence un nouveau projet, avec des dizaines d’interactions à prévoir, et bien il faut un processus, il faut une méthode pour classifier, hiérarchiser le tout. Donc direction google, et hop, j'ai dû réapprendre tout ce que j'avais vu en cours auparavant … Ensuite j'ai appris un certain nombre de stratégies de management et de motivation. Ainsi par exemple, j'ai appris que lorsque l'on met un peu de joie, un peu de gaîté dans une tâche très professionnelle, très sombre, très normée, les gens sont davantage motivés pour la réaliser. Franchement, toutes les filiales d'Ubisoft doivent encore se souvenir de mes paniers de chiens avec des bonnets de Père Noël en fin d'année lorsque je les relançais pour recevoir leurs rapports. Et bien entendu, j'ai développé une bonne capacité à travailler en équipe … c'est pas inné pour tout le monde, et je pense qu'il faut passer par plusieurs expériences professionnelles pour vraiment comprendre tous leurs tenants et aboutissants.
  • 5) [Instant PUB] : Tu as pris le créneau de Giraffe-à-Lunettes-Streameuse sur Twitch. Que fais-tu sur ta chaîne ?
  • Beaucoup de jeux indé ! Et accessoirement, je discute avec les gens, je dis beaucoup beaucoup de gros mots, j'invente des expressions, et surtout je débats. J'adoreeeeeeeeee débattre. Twitch est un excellent moyen d'avoir une tribune, de lancer un sujet, et que chacun exprime avec plus ou moins de recul son point de vue. J'adore faire ça (oui, je l'ai déjà dit). Donc sur ma chaîne, on joue un petit peu, on parle beaucoup et au final on est tous amis et on finit le stream avec une chanson de Laam ou de Larusso pour se remémorer la bonne époque de la vraie chanson française. *rires
  • 6) A l'heure actuelle, tu es Chef de projets pour la ZT Production. Hormis côtoyer l'éblouissant ZeratoR * sic *, que fais-tu de tes journées ?
  • Alors, déjà, la particularité du studio c'est que l'on travaille tous en télétravail. Ça ne sera plus le cas dans un mois, mais pour l'instant c'est encore le cas. Donc globalement, avec ce système de travail à distance, mes missions sont de planifier, de gérer les gens et leurs tâches, de scénariser et évidemment d'appeler Dach, ma soupape de sécurité, lorsque mon cerveau bouillonne de trop et qu'il faut quelqu'un pour m'aider à remettre de l'ordre là dedans. Sinon, je fais du game design, du level design, je bosse sur des graphismes, je teste et teste et teste encore le jeu, je fais des bugs reports, j'organise les réunions, je budgétise les projets, je gère le recrutement … Bref, je suis une multi-casquettes :)
  • 7) Enfin, le conseil du Chef : Que dirais-tu à des jeunes adultes qui te diraient que les études ne servent à rien pour faire du jeu vidéo son métier ?
  • Les gens qui disent ça, c'est qu'ils ont sans doute la culture du « Self-made-man », vision grandement popularisée par internet. Et bien souvent, ces « Self-made-man » d'aujourd'hui ont appris sur internet, en lisant des tutos, en se formant via des MOOCs, en apprenant des expériences des autres, etc. Donc déjà je répondrais à ceux là qu'apprendre sur internet, quelle que soit la forme, et bien c'est apprendre, et donc étudier. La personne qui « réussit toute seule » a forcement été aidée par des outils, par la connaissance préalable d'autres personnes. Donc je dirais qu'il n'existe pas vraiment, cet individu qui n'aurait pas étudié / fait d'études et arriverait à rentrer dans le jeu vidéo. Dans tous les cas, je pense que les études « scolaires » sont cruciales dans ce domaine. Et c'est avec le recul que l'on s'en rend compte. Moi la première, ce n'est qu'après les avoir terminées et avoir été embauchée que je me suis rendu compte de l'intérêt de ce que j'avais pu apprendre. Et il ne faut pas non plus oublier qu'au travers des études, l'on a des contacts privilégiés avec des professionnels, et bien entendu des étudiants. Et ce groupe d'individus, c'est votre réseau ! Surtout que l'univers du jeu vidéo est excessivement petit, et qu'il est relativement fermé. Donc il est essentiel de connaître des gens qui évolueront aussi dans ce milieu, et bien souvent c'est à l'école qu'on les rencontre. Pour finir, je dirais que faire des études donne le statut d'étudiant, et donc la possibilité de faire des stages. Hors, si vous regardez un petit peu les annonces d'emploi pour un poste de développeur, ou de level designer, ou game designer (…), vous verrez qu'il y a d'écrit « 1 à 2 ans d'expériences dans X ». Et bien ces « 1 à 2 ans », c'est au travers de vos études et de vos stages que vous les trouverez !